Accueil du site > Actualités > Ruée des français vers les petites Forêts !

PDF - 2 Mo
Article OUEST FRANCE

Les prix moyens constatés s’affichent à 3 870 €/ ha, sensiblement inférieurs au prix moyen des surfaces plus importantes (pour partie en raison d’une rareté de l’offre sur ce type de bien).

Au-delà de ces indicateurs plutôt favorables, la situation mérite d’être nuancée tenant compte de l’expérience que nous avons acquise en transaction de ce type de bien.

Certaines petites forêts ne trouvent tout simplement aucun preneur en raison de contraintes particulières parmi lesquelles peuvent être citées, les difficultés d’accès et de topographie, l’absence d’enjeux sylvicoles (indépendamment de l’économie de la production), ou un niveau de contrainte règlementaire (zonages de toutes natures) très important. Ce type de biens sort donc du marché, l’embellie constatée à titre « général » ne les concerne donc aucunement.

La fixation par le vendeur d’un prix anormalement élevé, comme cela peut parfois se constater sur les sites ou journaux d’annonces, est aussi et de manière certaine un frein au marché.

Pour le reste, qui constitue bien sûr la majorité, le marché est effectivement dynamique, porté par des investisseurs dont les principales motivations peuvent être les suivantes :
- Volonté d’acquérir un petit bois feuillu dans l’objectif d’une indépendance énergétique par l’autoconsommation de bois bûche, comme le souligne l’article OUEST France.
- Le souhait d’accéder à un territoire communal de chasse moyennant des conditions avantageuses, les enjeux de gestion sylvicole étant dans ce cas le plus souvent secondaires.
- Un besoin de diversification du patrimoine, l’intérêt se portant alors, pour des budgets limités, sur des biens de plus grande surface.
- Une envie de « retour aux sources » par l’acquisition d’un espace pouvant être très modeste, pour exercer ses talents de jardinier forestier.
- Une acquisition pour des raisons uniquement économiques (récolte de coupe de bois) est également fréquente, mais elle intervient le plus souvent dans des conditions économiques peu favorables pour le vendeur, l’objectif pouvant être dans ce cas pour l’acquéreur de réaliser une « marge » pouvant être justifiée par les risques encourus. Les acquéreurs motivés par cet objectif ont le plus souvent une connaissance assez précise de la valeur économique des coupes de bois.

Enfin, des éléments de dynamisme du marché sont également liés au dispositif fiscal « DEFI acquisition » qui mériterait certainement d’être optimisé pour accentuer encore la fluidité du marché, facteur essentiel au regroupement, donc à la valorisation du foncier. Les dernières dispositions relatives au plafonnement des frais de Notaire sur les petits biens forestiers commencent à produire leurs effets, même si la connaissance de cette disposition reste encore assez limitée.

Si vous vous êtes reconnus dans le profil des investisseurs sur ce petits bois, rendez-vous sur le site www.sylvatransaction.fr pour découvrir les petites forêts que nous vous proposons.

Laurent LE MERCIER Expert forestier


Plan du site | mentions legales | Espace privé