Accueil du site > Actualités > ETUDE PREALABLE au PLAN de GESTION ESPACES NATURELS SENSIBLES (...)

ETUDE PREALABLE au PLAN de GESTION ESPACES NATURELS SENSIBLES (ENS)

Etude concernant les aspects forestiers - Une première à l’échelle d’un espace Naturel Sensible sous Natura 2000

jeudi 24 mars 2011, par Lisa

Le Cap d’Erquy est un des plus anciens espaces Naturels Sensibles acquis par le Département des COTES d’ARMOR, nous avons donc bénéficié pour la conduite de cette étude de sources de données techniques et scientifiques importantes en relation avec les enjeux majeurs de cet espace aux multiples fonctions dont la surface totale est de 184 ha, dont 88 ha de surface considérée comme boisée.

La démarche méthodologique originale que nous avons mise en œuvre, l’analyse du site qui en a découlé s’est appuyée sur les bases suivantes : 1) Une typologie des formations végétales spécifique au site basée conjointement sur les critères du SRGS BRETAGNE (relation au Code Forestier) et sur la nature des habitats de végétation identifiés sur le site dont certains d’intérêt patrimonial. Le croisement des habitats de végétation constatés ou potentiels, extrêmement diversifiés à l’échelle de ce site exceptionnel et l’observation des peuplements en place ont permis l’identification de 10 types de formations végétales, allant de la lande arborée (type 5 du SRGS) à la futaie régulière de pin maritime tantôt sur placage sableux, tantôt sur lande sèche, intégrant également les antériorités culturales (mode de traitement régulier ou irrégulier) ou l’origine des peuplements, parfois artificielle, notamment à la suite des dégâts occasionnées par la tempête de 1987, ou d’incendie.

2) Une analyse précise des enjeux à l’échelle du site, et surtout à l’échelle de chacune des unités de végétation.
-  Des enjeux de biodiversité ont été identifiés sur chacune des unités de végétation se développant sur des habitats d’intérêt patrimonial comme lande sèche (code CORINE 31.85 - 31.86), placage sableux (Code CORINE 83.31). A noter le caractère exceptionnel du site sur lequel se rencontrent des habitats d’intérêt communautaire prioritaire, et une flore d’intérêt patrimonial majeur. Sur le site du Cap d’Erquy, cette diversité peut être menacée en raison du caractère pionnier du pin maritime dont la dissémination sur le site est importante, sur lande sèche, sur placage sableux, particulièrement à la suite d’incendies.

-  Enjeux de production forestière, qui sont importants, même si la productivité des stations n’est jamais exceptionnelle, elle a pu être évaluée au moyen des tables de production pour le pin maritime (Tables DECOURT et LEMOINE - SUD OUEST / LANDES), permettant un positionnement objectif de cet enjeu qui a priori pouvait paraître secondaire, mais qui à l’échelle du site, sur une surface forestière de 88 ha, peut représenter un enjeu économique significatif, voire sensibiliser les Collectivités locales à l’usage du Bois (bois énergie notamment). Cet enjeu de production forestière a donc été identifié comme dominant chaque fois qu’une production raisonnable pouvait être envisagée à l’échelle de la station, correspondant le plus souvent à des secteurs sur lesquels les enjeux de biodiversité étaient secondaires.

-  Les enjeux paysagers, car les pinèdes sont un élément marquant du paysage littoral du secteur, même si le développement du pin maritime sur le site peut être considéré comme récent. A noter la présence de pin laricio de forme assez exceptionnelle et de parfaite intégration dans le paysage littoral du Cap d’Erquy. Dans ce cas, même sur des habitats d’intérêt patrimonial, l’enjeu paysager a été considéré comme prioritaire.

L’arbitrage pour la définition de l’enjeu dominant à l’échelle de chacune des parcelles a été rendu par le Conseil Général des COTES d’ARMOR sur notre proposition permettant par la discussion, la négociation avec les Services d’aboutir à un réel équilibre à l’échelle du site, en intégrant tous ces enjeux et donc la multifonctionnalité de l’espace.

3) La mise en place d’un programme de gestion raisonné, consistant à adapter les prescriptions d’intervention à l’échelle de chaque type de peuplement, en fonction de l’enjeu prioritaire de gestion mis en évidence. De cette manière, nous obtenons à l’échelle du site un réel équilibre de la gestion qui passe :
- Par le maintien, voire le renforcement du rôle de production forestière sur certains secteurs, généralement les plus productifs,
- Par l’adaptation des modes de traitement sylvicoles tenant compte des enjeux de biodiversité par exemple passage progressif d’un peuplement de futaie régulière à un peuplement clair permettant l’expression de la strate herbacée
- Par la conversion de certains peuplements de pin en futaie irrégulière en favorisant la diversité spécifique avec dans certains cas l’introduction d’essences feuillues rustiques, pour valoriser les caractéristiques paysagères.

La mise en place d’un tel programme de gestion sur un site aussi complexe que celui du Cap d’Erquy ne peut se concevoir qu’à la condition d’une écoute attentive de toutes les parties amenées à la réflexion autour du programme. Elle permet de rationnaliser les interventions de gestion à mettre en œuvre, en reléguant au second plan et sur la période de validité du programme, les débats sur la gestion et les actions mises en œuvre. Ce programme fera l’objet au cours des prochains mois d’une concertation avec les Elus locaux, puis d’une validation par la commission des sites puis par la DREAL, dans le cadre d’une procédure normale de mise en œuvre d’une gestion raisonnée sur un tel site.

Cette note d’information est diffusée avec l’accord des Services Espaces naturels Sensibles des COTES d’ARMOR.


Plan du site | mentions legales | Espace privé