Accueil du site > Actualités > 2001 … 2011 - Dix ans pour la reconstitution d’un patrimoine arboré (...)

2001 … 2011 - Dix ans pour la reconstitution d’un patrimoine arboré remarquable : les alignements de KERNABAT

lundi 19 mars 2012, par Lisa

Nous sommes intervenus dès l’année 2001 pour dresser un état des lieux de l’état de ces alignements et pour ébaucher les orientations de gestion à engager au cours des dix prochaines années. Les alignements de KERNABAT sont classés comme monument historique en tant que tel, toute action de gestion doit pour cette raison être parfaitement motivée et préalablement autorisée par les Services de l’Etat en charge des affaires culturelles. La formation arborée s’étend sur une longueur totale de 330 m entre le Château de KERNABAT et le Bourg de PLOUISY, elle s’organise sur 4 lignes, soit 2 lignes strictement parallèles avec des arbres plantés en quinconce à espacement 6 m, de part et d’autre d’un cheminement central de largeur exactement égale à 4 m d’axe en axe (l’axe étant considéré comme le cœur des arbres bordant l’allée).

Photo : état des alignements en 2001

Au total l’organisation spatiale des alignements ménage 216 emplacements, subsistent en 2001 182 arbres de grandes dimensions (hauteur dominante 33 m - circonférence à 1,30 m dominante : 240 cm).

1 - Les conclusions de l’étude - La décision de gestion

Après analyse détaillée des conditions d’environnement notamment pédologiques, (qui nous ont réservé quelques surprises concernant la constitution initiale du socle des alignements), de l’état individuel, physiologique et mécanique de chacun des arbres, 3 hypothèses de gestion ont été posées.

- 1) Le maintien en l’état avec des interventions culturales pour restaurer de bonnes conditions de sécurité sous les alignements, lieu de promenade assez fréquenté.

- 2) Renouvellement partiel par tranches, l’état des alignements étant variable par tronçons, principalement en fonction des conditions stationnelles.

- 3) Renouvellement en une seule tranche. Après de multiples discussions, décision a été prise par les Élus de choisir l’option 3 du renouvellement intégral, qui a finalement été validée par les Services de l’Etat moyennant quelques exigences, notamment sur la taille des végétaux à réimplanter.

2 - Le déroulement des travaux

L’abattage total des alignements a été réalisé au cours de la saison 2001/2002, dès l’automne 2001 avec l’intervention de moyens mécaniques, mais également recours à la traction animale de manière ponctuelle, l’objectif et le cahier des charges d’exploitation que nous avions établis insistant particulièrement sur la préservation des sols, pour limiter le compactage. Les produits ont pour l’essentiel été valorisés en bois de chauffage, accessoirement pour quelques billes de belle qualité, en bois d’œuvre, malheureusement négociées à bas prix, tenant compte des cours du hêtre de l’époque. Les travaux préparatoires ont consisté en un dessouchage total au moyen d’une dent Becker en réservant strictement la circulation des engins à l’intérieur de l’allée antérieurement délimitée par les deux lignes intérieures des alignements, limitant de cette manière l’agressivité de la technique. Des morceaux de souches ont été évacués du site et abandonnés en bois de chauffage. Les travaux de sous-solage ont ensuite été réalisés, parfois dans des conditions difficiles, en raison de la présence de blocs rocheux. Directement à la suite de ces travaux, un amendement a été réalisé (chaux) couplé à un apport en acide phosphorique en raison de l’acidité parfois marquée des sols, en relation avec la nature granitique du substrat, quasi affleurant par secteurs, et de l’acidité des litières de hêtre ayant constitué un humus épais de type Moder voire Mor. Durant toutes les phases travaux, la circulation sur l’emprise des alignements a été proscrite ou extrêmement limitée, réservant la circulation des engins à l’emplacement initial de l’allée centrale.

Deux mois après la fin des travaux préparatoires, permettant au sol de « se rassoir » les travaux de plantation ont été engagés au mois de mars 2002 pour un renouvellement à l’identique des alignements, sur la base de la même organisation spatiale, avec la même essence, le hêtre, bien sûr après discussion sur l’opportunité de la substituer à une essence plus résistante vis-à-vis des phénomènes de réchauffement climatique. L’option du hêtre a été confirmée tenant compte du contexte microclimatique du secteur de GUINGAMP, même si une option différente aurait probablement été choisie à l’EST du Département. Nous avons obtenu de recourir à des plants de hauteur 1,50 m après un long débat avec les Services de l’Etat en charge des affaires culturelles qui souhaitaient imposer le recours à des plants formés et transplantés de hauteur 2,50 m.

Tous les plants ont été choisis, marqués en pépinière et réceptionnés sur le terrain en fonction de la qualité de leur conformation, rectitude, absence de fourchaison, vigueur. Quelques plants complémentaires ont été commandés, mis en jauge, qui ont servi à l’organisation de quelques regarnis, permettant une origine génétique homogène et « améliorée » de l’ensemble du patrimoine.

La plantation s’est déroulée sur potets travaillés à la mini-pelle (60x60x60) accompagnée d’un tuteurage et d’un paillage en broyât de bois dont une partie issue des rémanents de l’allée. Les travaux de replantation ont été accompagnés des travaux de réaménagement du site, notamment des emmarchements situés au NORD, du rajeunissement et de l’irrégularisation de la végétation naturelle sur talus bordant de part et d’autre les alignements, et bien sûr de la rénovation de l’allée centrale avec sablage pour accès et circulation des personnes à mobilité réduite.

3 - L’entretien - l’évolution de la formation arborée

Les modalités d’entretien des alignements ont été fixées, en organisant un entretien très soigné de l’allée centrale et de ses accotements enherbés artificiellement, et en laissant la végétation naturelle se développer en accompagnement des deux lignes de part et d’autre de l’allée. C’est sans aucun doute ce dernier point qui a été le plus difficile à mettre en œuvre, en raison des griefs formulés quant au « salissement » pourtant favorable au développement de la végétation, et à la limitation de la pression anthropique. A mesure du temps, des entretiens très suivis (trop suivis !) ont été réalisés au pied des arbres, avec parfois des conséquences négatives. En 2011, à la fin de la saison de végétation, l’état général de ce patrimoine arboré régénéré témoigne d’une pleine réussite de l’opération, même si une « remise à niveau » nous semble nécessaire à engager pour maîtriser la végétation arborée sur talus périphérique des alignements, pour restaurer une bonne largeur de la bande de circulation au cœur des alignements, et surtout pour maintenant abandonner définitivement les travaux d’entretien au pied des arbres, qui n’en ont plus besoin.

Ces alignements rénovés peuvent bien entendu être visités grâce au plan de situation ci-dessous.

PLOUISY est une commune de l’agglomération guingampaise (NORD OUEST). Des réponses à vos questions sur cette opération que nous avons suivie de l’origine à aujourd’hui pourront vous être apportées, uniquement à partir du formulaire de contact.


Plan du site | mentions legales | Espace privé